CAPITALE EUROPÉENNE DU COMMERCE LOCAL

Faisons du Ville, Faisons du Commerce, Faisons de l’Europe

Vitrines d’Europe propose de créer la Capitale Européenne du Commerce de Proximité (CECP) itinérante entre les principales villes et capitales commerciales d’Europe.

L’objectif est de valoriser le commerce localet de contribuer à la prise de conscience collective de son importance économique (création et ancrage de richesse et fiscalité) et sociale (emploi et création de communauté).

Le commerce de proximité est un facteur d’identité européenne, préservant le mode de vie et le modèle de ses villes.

Le commerce est l’épine dorsale des villes européennes et de la structure de la vie qui l’entoure.


Le commerce local est composé de PME et de micro-PME.


Le commerce local crée des emplois locaux et ancre la richesse.


Le commerce de proximité est durable (services à moins de 15 minutes à pied).


Le commerce de proximité est la base du commerce européen et permet des chaînes d’approvisionnement plus agiles et plus sûres.


Le commerce de proximité est un facteur d’identité européenne, préservant le mode de vie et le modèle de ses villes.

Qui formule la proposition ?

Barcelona Comerç, une entité commerciale locale qui regroupe 22 axes commerciaux et près de 25 000 magasins dans la ville de Barcelone, dans son rayon d’influence, formule la proposition au nom et représentant des Vitrines d’Europe.

Elle assure le secrétariat général des Vitrines d’Europe, une association de commerçants locaux qui regroupe également Commerçants de France, Confesercenti Emilia Romagna(Italie) et l’Associação Comercial e Industrial de Barcelos (Portugal).

Le commerce local est l’un des fondements les plus solides non seulement du Commerce Européen mais aussi de l’économie européenne.

Il est nécessaire de promouvoir et de préserver les produits et services des villes et régions de l’Union Européenne. Pour que le concept même de Marché Unique Européen et pour que la Commission Européenne puisse définir des appellations d’origine protégées qui valorisent nos produits sur le marché intérieur et mondial, en les préservant de la concurrence fallacieuse d’autres produits qui tenteraient de le remplacer sans les déterminants de l’origine géographique et de la matière première qui les rendent uniques.


Le commerce local est le fondement de la richesse, des emplois et de la cohésion sociale de l’Europe.

Selon la présidente Von der Leyen, 85 % des emplois dans l’Union Européenne sont créés par des PME et les entreprises européennes représentent 99 % de toutes les entreprises européennes.

Dans ce contexte, le marché du travail et le chômage, du point de vue deÉquité et avec les données du baromètreEurostat, en avril 2021, lele chômage des jeunes a enregistré un taux de 17,1 % ; plus du double du taux de chômage général de l’Union européenne, qui était de 8 %. Le projet CECP propose des actions et des programmes de digitalisation du commerce de proximité qui mobilisent et occupent les talents numériques des jeunes afin de moderniser les outils numériques de relation des PME et entreprises avec les clients, ainsi que les canaux de vente, dans la lignée de l’omnicanal.

A titre d’exemple, des projets tels que “Re-connecting”, dans le cadre d’une initiative cofinancée par des fonds publics de l’Union européenne (FEDER) et privés, devraient permettre de renforcer et d’étendre les TIC aux entreprises. Entre Barcelone Comerç, le gouvernement local et une grande entreprise d’énergie, Endesa, aide à numériser 400 magasins de la ville, employant 20 jeunes agents numériques, au chômage et âgés de moins de 5 ans depuis la fin de leur diplôme universitaire.


Le commerce de proximité assure la sécurité, l’agilité et la viabilité des chaînes d’approvisionnement.

On l’a vu notamment face à la pandémie de Covid.


Le commerce de proximité est un secteur qui contribue à une autonomie stratégique ouverte.

L’Europe dépend de matières premières, de biens et de services qui viennent souvent du reste du monde, mais la sécurité, l’autosuffisance et la force ont besoin du commerce européen et d’une industrie locale et européenne forte.


On ne peut comprendre l’identité de l’Europe et le mode de vie de ses villes sans un commerce de proximité qui anime les rues et les quartiers, assure la sécurité, l’éclairage, la mobilité durable et les relations humaines durables.


La Capitale Européenne du Commerce Local favoriserait la résilience et l’équité des villes, régions et États européens.

L’Union européenne doit reconnaître que défendre ses propres produits et services, ceux reconnus dans le marché unique, face à la menace injuste des Big Tech, c’est promouvoir le Commerce de Proximité comme pilier du Commerce Européen.

La plupart des consommateurs pensaient que nous obtenions quelque chose pour rien, que nous obtenions des services gratuits : des recherches Internet gratuites et une nouvelle façon de communiquer avec la famille, les amis et les connaissances. En fait, notre stock, nos préférences et nos communications ont été surveillés et vendus. Dans le même temps, les technologues comportementaux déployaient des algorithmes intelligents pour pousser les consommateurs vers les contenus et les produits que les plateformes voulaient promouvoir (click bait).

La sensibilisation et l’action des régulateurs se sont déjà propagées. Par exemple, à travers les réglementations et les Directives Européennes sur les Services Numériques et les Marchés Numériques, la nécessité de protéger les consommateurs et de revenir à un commerce européen avec plus de garanties est renforcée, comme nous pensons que le Commerce de Proximité l’offre.

Dans le contexte de la Big Tech, nous courions, entre autres menaces, le risque que les utilisateurs paient les services dans une « nouvelle monnaie » : nos données personnelles, sans savoir exactement à quoi sert l’entreprise qui nous offre le service soi-disant gratuit.

Le commerce local est taxé par les trésoreries locales et étatiques et représente, en termes d’activité économique, des pourcentages pouvant atteindre jusqu’à 15% du PIB local. Il s’agit d’un secteur engagé dans la génération de richesse et sa distribution, par rapport aux plus grandes entreprises mondiales de commerce électronique les plus susceptibles de ne pas être des contribuables engagés dans les finances publiques de l’Union Européenne.


Nous Faisons du Commerce, Nous Faisons de la Ville et nous Faisons de l’Europe.

Dans le domaine de l’urbanisme et de la dynamique urbaine, la ville de 15 minutes elle doit permettre le bonheur des Européens avec un cadre de vie où le travail, les services, les écoles des enfants, les équipements publics sont à proximité ; à quinze minutes des citoyens, comme le montrent déjà Paris et Barcelone, et comme la ville compacte et méditerranéenne qu’elle représente.


Le commerce est le moteur des villes européennes.

Face à la concurrence déloyale de la Big Tech, l’engagement envers la Big Tech doit être réaffirmé Droits de consommation des Européens, pour s’assurer que les grandes plateformes ne transforment pas le mode de vie et la ville européenne elle-même, non seulement en les réglementant, mais en stimulant des formes de commerce et de forme urbaine typiques de la culture et de l’identité européennes. Le commerce de proximité fait un travail commun avec les consommateurs et établit avec eux une relation très étroite.

L’Europe démocratique, du bas vers le haut, a besoin d’une Société Civile Européenne solide et participative, alliée aux institutions locales, régionales, étatiques et européennes. C’est pourquoi nous proposons un projet des associations professionnelles européennes aux institutions européennes pour le construire ensemble.

LaCapitale Européenne du Commerce Local Il veut également regarder tous les États, régions et villes qui composent l’Union Européenne, également à l’est et au centre des 28 partenaires, au-delà du noyau des premiers États qui ont fondé la CEE en 1957, et dans les suivants. extensions territoriales de l’Union européenne actuelle. Nous croyons que le CECP Elle doit être un outil qui contribue au modèle social et au mode de vie européen, le modèle de ville qui permet des modes de vie plus humains et durables, à consolider également dans les États, les régions et les villes de l’Union, de l’Europe de l’Ouest à Europe Centrale et Orientale, et du Nord au Sud.


La Capitale Européenne du Commerce Localdoit être un projet allié et acteur de l’Agenda 2030 des Nations Unies et du Green Deal Européen.

Dans la mission de décrocher les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD), qui nous interpelle tous, citoyens, entreprises, différents niveaux de gouvernement et secteurs économiques, le commerce de proximité peut jouer un rôle précieux en tant qu’agent prescripteur. Le secteur peut contribuer à décrocher les 17 ODD et notamment les 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13 et 17.

Plusieurs millions d’Européens passent chaque jour devant les commerces et magasins de leurs quartiers et communes ; et le commerce local, leurs associations peuvent diffuser et diffuser la sensibilisation et l’engagement dans l’Agenda 2030. Le CECP favorisera l’évaluation des entreprises, des PME et des associations professionnelles, au regard du degré de conformité aux ODD.

Principes et contexte du besoin européen du projet

Le commerce local est l’un des fondements les plus solides non seulement du Commerce Européen mais aussi de l’économie européenne.

Il est nécessaire de promouvoir et de préserver les produits et services des villes et régions de l’Union Européenne. Pour que le concept même de Marché Unique Européen et pour que la Commission Européenne puisse définir des appellations d’origine protégées qui valorisent nos produits sur le marché intérieur et mondial, en les préservant de la concurrence fallacieuse d’autres produits qui tenteraient de le remplacer sans les déterminants de l’origine géographique et de la matière première qui les rendent uniques.


Le commerce local est le fondement de la richesse, des emplois et de la cohésion sociale de l’Europe.

Selon la présidente Von der Leyen, 85 % des emplois dans l’Union Européenne sont créés par des PME et les entreprises européennes représentent 99 % de toutes les entreprises européennes.

Dans ce contexte, le marché du travail et le chômage, du point de vue deÉquité et avec les données du baromètreEurostat, en avril 2021, lele chômage des jeunes a enregistré un taux de 17,1 % ; plus du double du taux de chômage général de l’Union européenne, qui était de 8 %. Le projet CECP propose des actions et des programmes de digitalisation du commerce de proximité qui mobilisent et occupent les talents numériques des jeunes afin de moderniser les outils numériques de relation des PME et entreprises avec les clients, ainsi que les canaux de vente, dans la lignée de l’omnicanal.

A titre d’exemple, des projets tels que “Re-connecting”, dans le cadre d’une initiative cofinancée par des fonds publics de l’Union européenne (FEDER) et privés, devraient permettre de renforcer et d’étendre les TIC aux entreprises. Entre Barcelone Comerç, le gouvernement local et une grande entreprise d’énergie, Endesa, aide à numériser 400 magasins de la ville, employant 20 jeunes agents numériques, au chômage et âgés de moins de 5 ans depuis la fin de leur diplôme universitaire.


Le commerce de proximité assure la sécurité, l’agilité et la viabilité des chaînes d’approvisionnement.

On l’a vu notamment face à la pandémie de Covid.


Le commerce de proximité est un secteur qui contribue à une autonomie stratégique ouverte.

L’Europe dépend de matières premières, de biens et de services qui viennent souvent du reste du monde, mais la sécurité, l’autosuffisance et la force ont besoin du commerce européen et d’une industrie locale et européenne forte.


On ne peut comprendre l’identité de l’Europe et le mode de vie de ses villes sans un commerce de proximité qui anime les rues et les quartiers, assure la sécurité, l’éclairage, la mobilité durable et les relations humaines durables.


La Capitale Européenne du Commerce Local favoriserait la résilience et l’équité des villes, régions et États européens.

L’Union européenne doit reconnaître que défendre ses propres produits et services, ceux reconnus dans le marché unique, face à la menace injuste des Big Tech, c’est promouvoir le Commerce de Proximité comme pilier du Commerce Européen.

La plupart des consommateurs pensaient que nous obtenions quelque chose pour rien, que nous obtenions des services gratuits : des recherches Internet gratuites et une nouvelle façon de communiquer avec la famille, les amis et les connaissances. En fait, notre stock, nos préférences et nos communications ont été surveillés et vendus. Dans le même temps, les technologues comportementaux déployaient des algorithmes intelligents pour pousser les consommateurs vers les contenus et les produits que les plateformes voulaient promouvoir (click bait).

La sensibilisation et l’action des régulateurs se sont déjà propagées. Par exemple, à travers les réglementations et les directives européennes sur les Services Numériques et les Marchés Numériques, la nécessité de protéger les consommateurs et de revenir à un commerce européen avec plus de garanties est renforcée, comme nous pensons que le Commerce de Proximité l’offre.

Dans le contexte de la Big Tech, nous courions, entre autres menaces, le risque que les utilisateurs paient les services dans une « nouvelle monnaie » : nos données personnelles, sans savoir exactement à quoi sert l’entreprise qui nous offre le service soi-disant gratuit.

Le commerce local est taxé par les trésoreries locales et étatiques et représente, en termes d’activité économique, des pourcentages pouvant atteindre jusqu’à 15% du PIB local. Il s’agit d’un secteur engagé dans la génération de richesse et sa distribution, par rapport aux plus grandes entreprises mondiales de commerce électronique les plus susceptibles de ne pas être des contribuables engagés dans les finances publiques de l’Union Européenne.


Nous Faisons du Commerce, Nous Faisons de la Ville et nous Faisons de l’Europe.

Dans le domaine de l’urbanisme et de la dynamique urbaine, la ville de 15 minutes elle doit permettre le bonheur des Européens avec un cadre de vie où le travail, les services, les écoles des enfants, les équipements publics sont à proximité ; à quinze minutes des citoyens, comme le montrent déjà Paris et Barcelone, et comme la ville compacte et méditerranéenne qu’elle représente.


Le commerce est le moteur des villes européennes.

Face à la concurrence déloyale de la Big Tech, l’engagement envers la Big Tech doit être réaffirmé Droits de consommation des Européens, pour s’assurer que les grandes plateformes ne transforment pas le mode de vie et la ville européenne elle-même, non seulement en les réglementant, mais en stimulant des formes de commerce et de forme urbaine typiques de la culture et de l’identité européennes. Le commerce de proximité fait un travail commun avec les consommateurs et établit avec eux une relation très étroite.

L’Europe démocratique, du bas vers le haut, a besoin d’une Société Civile Européenne solide et participative, alliée aux institutions locales, régionales, étatiques et européennes. C’est pourquoi nous proposons un projet des associations professionnelles européennes aux institutions européennes pour le construire ensemble.

LaCapitale Européenne du Commerce Local Il veut également regarder tous les États, régions et villes qui composent l’Union Européenne, également à l’est et au centre des 28 partenaires, au-delà du noyau des premiers États qui ont fondé la CEE en 1957, et dans les suivants. extensions territoriales de l’Union européenne actuelle. Nous croyons que le CECP Elle doit être un outil qui contribue au modèle social et au mode de vie européen, le modèle de ville qui permet des modes de vie plus humains et durables, à consolider également dans les États, les régions et les villes de l’Union, de l’Europe de l’Ouest à Europe Centrale et Orientale, et du Nord au Sud.


La Capitale Européenne du Commerce Localdoit être un projet allié et acteur de l’Agenda 2030 des Nations Unies et du Green Deal Européen.

Dans la mission de décrocher les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD), qui nous interpelle tous, citoyens, entreprises, différents niveaux de gouvernement et secteurs économiques, le commerce de proximité peut jouer un rôle précieux en tant qu’agent prescripteur. Le secteur peut contribuer à décrocher les 17 ODD et notamment les 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13 et 17.

Plusieurs millions d’Européens passent chaque jour devant les commerces et magasins de leurs quartiers et communes ; et le commerce local, leurs associations peuvent diffuser et diffuser la sensibilisation et l’engagement dans l’Agenda 2030. Le CECP favorisera l’évaluation des entreprises, des PME et des associations professionnelles, au regard du degré de conformité aux ODD.

Définition et approche de mise en œuvre du CECP

La Capitale Européenne du Commerce Local (CECP) propose chaque année, à partir de 2023, qu’une ville européenne accueille une année de conférences, ateliers de bonnes pratiques, initiatives de numérisation du commerce, innovation technologique, événements culturels et commerciaux locaux, organisés par la ville choisie et co-organisés avec le Bureau Technique et le siège permanent de cette Capitale.

Il est proposé de suivre, dans les grandes lignes, le modèle proposé par la Commission Européenne pour la Capitale de la Culture Européenne, dans laquelle un comité formé pour la Commission Européenne, le Parlement Européen, le Comité des Régions, choisit sa ville hôte, sur la base des propositions de villes candidates adressées par les États et les régions à ce comité. .

Dans le cas du projet de Capitale Européenne du Commerce de Proximité, il y aurait une Commission de Représentation qui élirait chaque année sa ville hôte. Au sein duquel, outre les institutions européennes, étatiques, régionales et locales, Barcelona Comerç et Vitrines d’Europe (et avec des accords avec d’autres entités du secteur) serait – en tant que société civile – responsable de la gestion, de l’organisation et de la accueillir à Barcelone, le siège de cette Commission et Bureau Technique du CECP et organiser la Commission de Représentation qui choisirait les villes candidates et leur programme, également avec la collaboration d’experts.

Le Secrétariat Technique de ce Bureau, en coordination avec chacune de ses villes, soutiendrait les événements.

Définition et approche de mise en œuvre du CECP

La Capitale Européenne du Commerce Local (CECP) propose chaque année, à partir de 2023, qu’une ville européenne accueille une année de conférences, ateliers de bonnes pratiques, initiatives de numérisation du commerce, innovation technologique, événements culturels et commerciaux locaux, organisés par la ville choisie et co-organisés avec le Bureau Technique et le siège permanent de cette Capitale.

Il est proposé de suivre, dans les grandes lignes, le modèle proposé par la Commission Européenne pour la Capitale de la Culture Européenne, dans laquelle un comité formé pour la Commission Européenne, le Parlement Européen, le Comité des Régions, choisit sa ville hôte, sur la base des propositions de villes candidates adressées par les États et les régions à ce comité. .

Dans le cas du projet de Capitale Européenne du Commerce de Proximité, il y aurait une Commission de Représentation qui élirait chaque année sa ville hôte. Au sein duquel, outre les institutions européennes, étatiques, régionales et locales, Barcelona Comerç et Vitrines d’Europe (et avec des accords avec d’autres entités du secteur) serait – en tant que société civile – responsable de la gestion, de l’organisation et de la accueillir à Barcelone, le siège de cette Commission et Bureau Technique du CECP et organiser la Commission de Représentation qui choisirait les villes candidates et leur programme, également avec la collaboration d’experts.

Le Secrétariat Technique de ce Bureau, en coordination avec chacune de ses villes, soutiendrait les événements.

D’ici 2023, il est proposé que la première Capitale Européenne du Commerce de Proximitésoit Barcelone.

Dans ce cas, nous proposons un programme d’événements ouvert et flexible qui peut également être utilisé pour de futures applications.

  • Conférence Européenne sur le Commerce de Proximité : débat avec des experts, des agents, des universitaires, etc.
  • Débat sur le commerce et la production de proximité comme socle du commerce européen et allié dans ses enjeux : autonomie stratégique, solidité des filières, entre autres.
  • Forme urbaine et activité économique locale : un débat de 15 minutes sur la ville.
  • Les initiatives de digitalisation du commerce et des services de proximité et leur rôle pour l’emploi des jeunes (Re-connectant-accompagner et mettre en place les outils numériques dans les TPE/PME).
  • Évaluation et conformité avec les ODD dans le commerce et les services locaux, faisant progresser l’Agenda urbain et 2030 des Nations Unies.
  • L’École et le commerce de proximité, construire des valeurs, enseigner les droits des consommateurs et comment la consommation façonne les villes et le monde.
  • Organisation d’événements dans les espaces publics et les équipements qui créent des synergies entre la culture, le sport, le tourisme et le commerce local.
  • Promotion de l’innovation technologique et de la formation, avec la création et la promotion du Barcelona Shopping Lab.
  • Débat sur les nouveaux consommateurs, les médias sociaux, la résolution des conflits, etc.
  • Les problématiques du Commerce de Proximité face aux fournisseurs et fournisseurs de produits et services.

En tant qu’argument d’opportunité, nous considérons le CECP comme un outil qui peut atteindre un moment crucial dans la relance économique, sociale et politique de la vie des peuples et des villes de l’Union Européenne.

Dans le sillage de la crise pandémique du COVID 19, nous pensons qu’il s’agit d’une proposition qui peut constituer la réflexion et l’action de la Conférence sur l’avenir de l’Europe, et qu’elle peut relier l’idéal européen à la vie quotidienne des Européens sur les rues, dans les quartiers, dans les PME, dans les villes d’Europe, reliant l’histoire et l’essence de l’identité européenne (des bourgeois de la fin du Moyen Âge aux Villes État de la Renaissance) avec le présent et l’avenir de la façon dont l’Europe les villes doivent être et seront le fondement de notre identité commune.

Pour toutes ces raisons, et au vu des raisons, principes et valeurs énoncés dans ce document, nous avons fait cette proposition à la Commission des Pétitions du Parlement européen (PE)., afin qu’il puisse être accepté pour traitement, débattu et, si nécessaire, approuvé par la Commission compétente du PE, puis transmis et adopté par la Commission Européenne afin que le projet CECP puisse devenir une réalité, au bénéfice de l’Union Européenne , ses villes, ses régions et ses échanges locaux et européens.

Projet soumis à la Commission des Pétitions du Parlement européen en juin 2021

En tant qu’argument d’opportunité, nous considérons le CECP comme un outil qui peut atteindre un moment crucial dans la relance économique, sociale et politique de la vie des peuples et des villes de l’Union Européenne.

Dans le sillage de la crise pandémique du COVID 19, nous pensons qu’il s’agit d’une proposition qui peut constituer la réflexion et l’action de la Conférence sur l’avenir de l’Europe, et qu’elle peut relier l’idéal européen à la vie quotidienne des Européens sur les rues, dans les quartiers, dans les PME, dans les villes d’Europe, reliant l’histoire et l’essence de l’identité européenne (des bourgeois de la fin du Moyen Âge aux Villes État de la Renaissance) avec le présent et l’avenir de la façon dont l’Europe les villes doivent être et seront le fondement de notre identité commune.

Pour toutes ces raisons, et au vu des raisons, principes et valeurs énoncés dans ce document, nous avons fait cette proposition à la Commission des Pétitions du Parlement européen (PE)., afin qu’il puisse être accepté pour traitement, débattu et, si nécessaire, approuvé par la Commission compétente du PE, puis transmis et adopté par la Commission Européenne afin que le projet CECP puisse devenir une réalité, au bénéfice de l’Union Européenne , ses villes, ses régions et ses échanges locaux et européens.

Projet soumis à la Commission des Pétitions du Parlement européen en juin 2021